Print Friendly, PDF & Email

DISPONIBLE aux Editions Ères, 2011

Le DSM, manuel de classification en psychopathologie dont l’ambition, affichée par l’OMS, était de faire autorité à l’échelle internationale, est de fait aujourd’hui un vecteur privilégié de la culture psychiatrique américaine. Alors que la version V est en cours de finalisation, des psychiatres se mobilisent pour mettre un terme à l’hégémonie néfaste du DSM : qui prend à rebours toute la psychiatrie clinique basée sur l’écoute de la parole du patient et l’approche psychodynamique de ses symptômes ; crée une inflation de troubles dont les seuls bénéficiaires sont les laboratoires pharmaceutiques ; génère des pratiques de soins dangereuses pour les enfants confondant prévention et anticipation thérapeutique ; invalide les cures relationnelles comme outils thérapeutiques ; oriente les enseignements des psychiatres et des psychologues vers une pratique unique.

Jean-Claude AGUERRE, Guy DANA, Marielle DAVID, Tristan GARCIA-FONS, Jean GARRABE, Bernard GOLSE, Nicolas GOUGOULIS, Thierry JEAN, François KAMMERER, Patrick LANDMAN, Claude LEGER, François LEGUIL, Roger MISES, Michel PATRIS, Gérard POMMIER, Jean-François SOLAL, Dominique TOURRES, Alain VANIER

décembre 11, 2012

Étiquettes : , , , ,
  • Psychanalyste Jungienne pratiquant dans des pays du Moyen Orient et de la Grèce ainsi qu’en Angleterre soutien votre travail et perspective. De mon expérience personnelle le DSM a créé plus de problèmes psychologiques qu’il n’en a résolu, c’est presque dire que la maladie psychiatrique n’est inscrite dans aucun autre contexte que le symptomatique du diagnostique, une forme de totalitarisme de la santé mentale.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.